Définition
La voile est en spirale engagée (sup à 6m/s), le pilote n’a pas d’actions sur les commandes (mains au niveau des poulies), la voile peut avoir 3 comportements différents :
– elle est neutre spirale si elle continue sa spirale à la même vitesse (il faut une action du pilote pour sortir)
– elle est stable spirale si elle sort toute seule de la spirale (le test d’homologation accepte 2 tours pour qu’elle sorte seule). L’action pilote n’est pas indispensable mais permet de sortir plus tôt.
– elle est instable spirale si elle reste en spirale avec sa vitesse qui augmente (il faut une action pilote pour sortir).

Comment peut-on se retrouver en neutralité spirale?
En allant chercher un peu, le pilote peut trouver une neutralité spirale même avec des voiles dont le résultat du test d’homologation est « stable spirale ». En atteignant un taux de chute important entre 15 et 20m/s, en jouant avec le transfert de poids et la position de son corps (penché en avant ou penché en arrière).
Suite à une fermeture asymétrique importante (supérieure à 55% de l’envergure), la voile peut partir en autorotation, puis se ré-ouvrir complètement et continuer en neutralité spirale.
Une petite cravate (voile coincée dans le suspentage en extrémité de l’aile) peut provoquer suffisamment de traînée, entraîner une spirale qui devient neutre

Comment sortir d’une aile qui est en neutralité spirale?
Les manœuvres sont très simples techniquement, par contre le contexte les rend très difficiles à être effectuées.
Contexte : vitesse élevée, donc perte de repères sol, le stress, champ de vision rétréci et voile noir (ces 2 phénomènes sont accentués si on a faim, froid et fatigué), jambes douloureuses (afflux de sang), tête très dure à bouger (force centrifuge), proximité du sol entraînant une viscosité mentale ressemblant à de l’abandon, commandes extérieures particulièrement physiques (plus que d’habitude pour la même position :donc on n’ose pas appuyer), très difficile de trouver et d’agir sur la poignée de secours, difficulté d’estimer sa perte de hauteur pendant la spirale.

Le pilote commence par se mettre « bras hauts, c’est-à-dire mains aux poulies, pas d’action sur le bord de fuite.
ENSUITE :
1° dans ce contexte compliqué, il faut tenter de freiner brutalement et momentanément sur la commande extérieure, c’est-à-dire donner un coup de frein au moins sur la moitié du débattement puis relever la main pour rester dans une spirale qui ralentit et dont on pilote la sortie.
OU
2° dans ce même contexte, tenter un freinage symétrique sur la moitié du débattement (poitrine, si mains en dragonne) puis piloter la sortie de la spirale qui s’est ralentie

Jérôme Canaudjerome-canaud-2