Une aile de parapente, ça ferme…

Une aile parapente prend et conserve sa forme grâce à une pression interne maintenue par un vent relatif, lui-même créé par notre déplacement sur une trajectoire. Tout se passe agréablement tant que les conditions aérologiques sont tranquilles, mais si l’on se trouve à voler en conditions plus turbulentes, il faut parfois accepter l’éventualité de voir son aile fermer, d’une oreille ou des deux à la fois de temps à autre, et ce bien évidemment quelle que soit sa catégorie d’homologation.

Par contre les réactions à une fermeture et les gestes nécessaires pour rétablir un vol normal peuvent être très différents selon la catégorie d’aile, mais sachez que le niveau de performance d’un modèle n’est pas le seul critère pour évaluer l’exigence de son pilotage, surtout en situation difficile.

Enfin retenez qu’à ce jour et probablement pour encore pas mal de temps, aucune aile parapente actuelle ne peut prétendre être « infermable » en conditions turbulentes, même avec vous ou le champion du monde dessous. Autrement dit, « la seule aile qui ne ferme pas est celle qu’on laisse dans son sac ! »