Blog AVLNC

Association de Vol Libre de Nouvelle Calédonie

Month: février 2016

Je veux descendre……..!

jerome-canaud-2L’analyse et les conseils de Jérôme Canaud:

Contexte de vol
– milieu de journée, masse d’air instable (nuages), aérologie de montagne,
-un grain (pluie ) est visible devant. La pluie va jusqu’au sol dans la vallée,
– le début de la vidéo : le pilote s’est déjà rendu compte que l’aérologie s’est dégradée : ascendances fortes, vent soutenu,
– le pilote décide de poser rapidement donc sur les hauteurs dégagées (peut-être le déco avec les antennes?).

Remarques
– au niveau aérologie, la pluie en face provoque une descente d’air froid qui va booster l’aérologie de l’autre coté (où se situe le pilote) en provoquant une ascendance plus forte accélérée par le relief et surement renforcer la brise et/ou le vent.
– le pilote a bien un accélérateur mais il ne s’en sert pas (il n’y pense pas? il est mal réglé? il ne peut l’attraper? Il ne s’en ai jamais servi?).
– il n’y a pas d’ascendance à 10m/s (son du vario!)
– l’aérologie n’est pas excessivement turbulente, les mouvements importants sont provoqués par le pilotage : un pilotage aux oreilles par transfert de poids marqué provoque beaucoup de roulis.
– la force du vent est soutenue mais pas « tempétueuse » : en effet, le pilote n’avance pas ou peu car il est aux oreilles (traînée importante) avec un peu de frein (hauteur des mains pour faire les grosses oreilles). Les arbres ne bougent pas excessivement, il n’y a pas de vent ou peu quand il pose. La phase de recul se voit bien quand le pilote passe derrière le relief, il est alors dans des filets d’air horizontaux : il ne monte plus et n’avance plus voire recule. Quand il passe derrière la crête aux antennes, ce n’est pas très turbulent, il est pourtant sous le vent.
– le pilote n’a pas de gants pour le protéger les doigts quand il fait les oreilles

Mon analyse et ce que l’on peut tirer de ces images
Le pilote se rend compte trop tard de l’évolution de l’aérologie. L’instabilité est marquée. A t-il décollé alors que ce n’était pas terrible ou bien était-il en l’air quand cela c’est dégradé? Il se fait surprendre en volant trop longtemps dans ces conditions.On ne sait pas dans quel contexte il vole: est il seul? (à priori non car il a une radio), fait -il du cross? Vole-t-il en local?

Ce point peut se résumer par un manque d’anticipation de l’évolution météo/aérologie

Sa décision de vouloir poser rapidement et en hauteur est plutôt bonne. C’est ce qu’il y a de plus rapide si la dégradation s’accélère et en même temps la plus technique (poser dans de la pente dans une aérologie soutenue, sans trop de portes de sortie). Les vallées derrières ne donnent pas trop envie d’aller se vacher. Il se débrouille plutôt bien.

Sa prise de décision (tardive) dans un environnement aérologique se dégradant est bonne

Un point important à relever, c’est que dans la situation qui devient urgente ou que l’on rend urgente, cela entraîne un mode « panique », l’objectif étant de poser à tout pris. C’est là qu’il faut être très attentif à ne pas se mettre en danger par un pilotage inadapté, violent. Rester lucide, réfléchi, limiter les dégâts.

– au niveau pilotage : oreilles + accélérateur lui aurait permis de faire des wings moins appuyés, d’avancer et de descendre en même temps, peut être d’être plus serein dans cette situation. Le pilote a quand même une certaine chance avec son posé sans trop d’encombres au vu des passages engagés près des arbres et du relief sur la minute d’avant.

– je n’ai pas assez de recul sur le site pour savoir s’il y avait d’autres portes de sortie en allant plus loin. En tout cas ne pas aller dans la vallée juste en dessous est un bon choix à mon avis.

En conclusion
Je dirai que le mental du pilote a pris un sacré coup et qu’il va falloir du temps pour remplir à nouveau son capital confiance. En parapente, ce capital se vide très vite et est long à remplir. Cela passe par des vols plus relax, analyse des conditions aérologiques, connaissances théoriques, pilotage au sol….
Certains pilotes avec un bon mental (dû à une bonne expérience en parapente et dans d’autres sports) peuvent être moins affectés psychologiquement que d’autres.
Les pilotes masculins montrent peu s’ils sont affectés. S’ils ont eu peur, ils n’en parlent peu. Donc souvent plus difficiles à être aidés (égo, image de soi, regard des autres, compétition,…).

Jérôme Canaud est professionnel du parapente depuis plus de 20 ans, il a commencé comme instructeur à Saint-Hilaire du Touvet.
Il va ensuite créer l’école Aéroslide au bord du lac d’Annecy (spécialisée pour les vols en tandem et les stages de Simulation d’Incidents de Vol). Pour compléter l’année au niveau professionnel Jérôme fait partie pendant 8 ans de l’équipe de pilotes du laboratoire de test français pour l’homologation des voiles de parapente (AFNOR puis EN).

Régulièrement il intervient en tant que formateur pour la Fédération française de Vol Libre (SIV, QBI) et également au sein de la Jeunesse et des Sports pour les formations du Brevet d’Etat.
Fort de cette expérience, il est embauché à temps complet en tant que pilote test au sein de la marque OZONE, référence et leader mondial en parapente. Cette période de 5 ans va être extrêmement riche à tout niveau : voyages à travers le monde (Japon, Argentine, Europe, Madagascar), compétitions nationales (30ème français) , participation à plusieurs films pédagogiques (“performance flying”, “découvrir et s’initier”, “techniques de gonflage”), tests et réglages des prototypes, et aussi haute montagne (Mont Blanc, Aconcagua,Mont Juji…), BASE JUMP,…
Sa passion pour toutes les pratiques du parapente (compétition, voltige, enseignement,pédagogie, test, marche et vol,…) s’est concrétisée en 2008 avec sa participation à la création de la marque Little Cloud qui a innové en proposant des voiles de petites surfaces décollables à pieds , ludiques et accessibles à un très large public.

Venez vous faire voir! (une autre fois…)

mire-tv-chaine-vinVu les conditions, ce sera pour une prochaine fois…

Si vous êtes dispo vendredi matin, passez donc faire un tour au Ouen-Toro. L’équipe de la Web TV NCI nous donne rendez-vous pour faire un reportage sur le parapente. Les occasions de nous faire aimer ne sont pas si nombreuses 😉
Imaginez ça avec des gros morceaux de parapente dedans 😀

 

Et si on parlait sécurité

La dernière vidéo de JB.Chandelier

Pratique du bi-place….en Inde

Gardons l’esprit ouvert et admirons la pratique du bi-place professionnel en Inde.
Les pilotes sont tous diplômés d’état et parfaitement assurés.
La faim justifie les moyens !…… A voir jusqu’au bout absolument

Pour ceux qui ont la phobie des Décos people

Rodéo Manilla vu par les Kiwi

la journée ou le Japon a brillé par la pose sauvage d’une demoiselle sur la ligne électrique qui alimente le camp ainsi que toutes les autres fermes.

Pour la plupart tous sont restés au sol. Banzaï !!!!

https://www.facebook.com/sharemypains

Buckle in for the Manilla Rodeo! Day 4 of the Manilla XC Camp produced some interesting spectating on launch. It hasn't been flyable and up until this point, but a few hardy souls got off today with a 10-26 km total distance. Sometimes the risk of launching isn't worth the reward 😉

Posté par KiwiParagliding.co.nz sur mardi 2 février 2016

Magique

Voler dans les aurores boréales, un moment magique et des images fantastiques

© 2017 Blog AVLNC

Theme by Anders NorenUp ↑